CANE CORSO ITALIANO

Forum libre de discussion et de partage dédié aux Cane Corso Italiano.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Protocole du dépistage de la DCF

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pandor



Messages : 33
Date d'inscription : 06/10/2007

MessageSujet: Protocole du dépistage de la DCF   Lun 22 Oct - 10:46

Voici la lettre du Professeur Genevois concernant le protocole du dépistage de la dysplasie de la hanche précisant que désormais le chien doit être sous anesthésie ou sédation profonde lors des radios.
Ensuite quelques explications du Pr Genevois explicant pourquoi l'anesthésie. Apparemment, le fait que le chien soit vigile cacherait complètement l’hyperlaxité.
Je sais qu'ici dans le Nord, beaucoup allaient faire leurs radios en Hollande pour cette raison.

Professeur J.P GENEVOIS
BP 88
69751 CHARBONNIERES LES BAINS CEDEX
Membre de la Commission Scientifique et
Responsable du groupe de travail Dysplasie de la SCC
Expert de la Fédération Cynologique Internationale
Expert de la Commission d’Appel de la SCC

PROTOCOLE DU DEPISTAGE RADIOGRAPHIQUE
DE LA DYSPLASIE COXO-FEMORALE

Le dépistage radiographique officiel de la dysplasie coxo-fémorale (DCF) s'effectue sur une radiographie en incidence ventro-dorsale, membres postérieurs en extension. L'animal doit être âgé de 12 mois minimum au moment de la radiographie (certains clubs imposent un âge de 16 mois, chez les races géantes l'âge minimum est souvent de 18 mois : il est préférable de contacter le club pour confirmation).
La taille du film doit permettre d'inclure au minimum sur le cliché les deux articulations coxo-fémorales, les fémurs et les deux rotules. Il est souhaitable de pouvoir visualiser le bassin dans sa totalité, bien que ceci soit impossible chez les races géantes.
La circulaire FCI 81/2007 en date du 02/07/2007 impose de recourir à un procédé (anesthésie générale ou sédation poussée) permettant d’obtenir une parfaite myorésolution. Un cliché réalisé chez l'animal « vigile » (non médicalisé) ne peut donc faire l’objet d’une analyse pour dépistage officiel de la DCF. La présence d'une grille antidiffusante améliore considérablement la qualité des clichés.
Le chien est placé en décubitus dorsal, le plan sagittal perpendiculaire au plan de la table de radiographie. Le bassin doit être en extension complète, parfaitement parallèle au plan du film, sans bascule latérale. Les membres postérieurs sont en extension complète, parallèles entre eux et parallèles à l'axe du rachis. Sur les chiens de grande taille ou particulièrement musclés, chez lesquels il est difficile d'étendre complètement les membres postérieurs sans qu'il y ait rotation du bassin ou écartement des postérieurs lorsqu'on "descend" les membres postérieurs vers la table, on peut intercaler un coussin de mousse (de 10 à 15 cm d'épaisseur) entre la table et les jarrets de l'animal. Une rotation interne des grassets doit amener les rotules en position supérieure et médiane (rotules "au zénith").
Après développement du cliché, le positionnement correct est contrôlé en vérifiant l'égalité de largeur des ailes et des cols de l'ilium, la symétrie et l'égalité des foramen obturés, la symétrie des images trochantériennes, le parallélisme des fémurs entre eux et avec le rachis, la position médiane des rotules sur la trochlée fémorale.
En cas de radiographie numérisée, le format officiel reste le tirage sur film transparent (les images sur CDRom ne sont pas acceptées). Le taux maximal de réduction de la taille de l’image est de 25%.

Le cliché doit être identifié de manière infalsifiable au sein même de l'émulsion radiographique, ou dans le cliché numérique (les renseignements doivent se lire par transparence). Les indications à porter sont les suivantes :
Nom de l'animal
Numéro de tatouage ou d’identification électronique
Race
Sexe
LOF
Date de naissance
Nom du vétérinaire pratiquant l'examen
Date de la prise de cliché
Latéralisation droite- gauche
Une attestation doit être délivrée par le vétérinaire effectuant la radiographie, qui certifie avoir vérifié lui-même le numéro de tatouage ou d’identification électronique de l'animal et sa conformité avec celui indiqué sur le cliché radiographique. Ce document, qui ne fait état d’aucun résultat préalable, doit par ailleurs préciser les conditions de réalisation de la radiographie (anesthésie générale ou sédation, nature du protocole utilisé).
N.B. Les clichés s'écartant du protocole énoncé ci-dessus ne permettent pas d'effectuer une lecture de dépistage fiable et sont retournés à leur expéditeur.
Le protocole d’expédition des clichés au lecteur est fixé en accord avec le club de race : contacter ce dernier avant tout envoi (coordonnées des clubs disponibles auprès de la SCC : 01 49 37 54 00)


Extrait de la revue « Pratique vét Anim Comp » Juillet /Août 2007 – N° 40, écrit par le Professeur Jean Pierre Genevois, Professeur en Chirurgie à ENV de Lyon, lecteur officiel des clichés de dépistage (hanches et coudes) et expert de la commission d’appel de la Société Canine et de la Fédération Cynologique Internationale.


Dans l’article, cette « pointure » reconnue mondialement comme expert pour le dépistage de la DCF, souligne, bien entendu, le caractère héréditaire de la DCF, soulignant que « …l’affection fait état d’un déterminisme génétique de type quantitatif avec un effet « de seuil »… », soit qu’un nombre minimal de gènes doivent être portés par l’individu pour que la maladie se développe.
Il explique également que même si les facteurs influencés par le milieu dans lequel se developpe le chien, peuvent favoriser le developpement de la maladie, ils ne peuvent à eux seuls la faire apparaître. La présence des gènes « codants » étant indispensable à l’expression de la dysplasie, les conditions d’élevage n’étant que le facteur déclanchant de cette maladie (comme dans toutes les affections il faut toujours un terrain favorable (hérédité) et un ou des facteur(s) déclanchant(s) pour qu’une maladie s’exprime)


Il évoque bien entendu le dépistage officiel et d’autres types de dépistage reconnus ou non mais toujours sous anesthésie. Il souligne à maintes reprises la nécessité absolue de faire les clichés sous anesthésie ou sous sédation profonde, argument illustré par de magnifiques radios d’un rott. avec cliché fait avec anesthésie générale montrant la présence d’une DCF bilatérale (subluxation des têtes fémorales) et le même chien, mais vigile cette fois, montrant sur le cliché des hanches normales, l’absence de myorelaxation camoufle complètement l’hyperlaxité, c’est vraiment impressionnant, les 2 clichés semblent appartenir à des animaux totalement differents, une preuve que les clichés faits sans anesthésie peuvent donner de faux négatifs.

Egalement dans cet article l’âge du chien pour le cliché est mise en cause, le Professeur Genevois évoque des clichés fait trop tôt, se basant sur la réalité médicale : « ..les deformations osseuses et les phénomènes arthrosiques (autres caracteristiques(*) de la DCF ) se developpent le plus souvent après 2 ans… », produisant si la radio est faite trop tôt une autre source de faux négatifs. L’ensemble de ses faux négatifs contribuent ainsi à maintenir l’affection dans les races les plus atteintes par la DCF.
(*) avec la laxité


En conclusion, l’auteur recommande « …l’objectif le plus important est certainement, dans un premier temps, d’obtenir l’abandon des depistages effectués sur animal « vigile », qui sont assimilés à une fraude dans la quasi-totalité des autres pays européens. Ce procédé fait peser un lourd handicap sur les mesures destinées à limiter la prévalence de la DCF au sein des races les plus affectées, et risque de faire perdre le bénéfice de nombreuses années d’effort. Il contribue en effet à accroïtre le nombre de « faux négatifs », dans une proportion difficilement chiffrable, et risque de déboucher dans quelques années sur une aggravation de la situation. Il isole par ailleurs l’élevage français par rapport à ses partenaires europeens sur le plan de la qualité du depistage et de la lutte contre la DCF. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
red



Messages : 49
Date d'inscription : 22/01/2008
Age : 47
Localisation : Vercors 38

MessageSujet: Re: Protocole du dépistage de la DCF   Ven 24 Oct - 19:04

Bonsoir,
pourrais tu m'indiquer leur delai moyen de reponse ? (a la louche Rolling Eyes )
merci Exclamation
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
fayne



Messages : 72
Date d'inscription : 23/10/2007

MessageSujet: Re: Protocole du dépistage de la DCF   Ven 24 Oct - 21:08

moi ce qui me fait flippé c'est l'anesthesie profonde ..... faire subir ça à mon gros ... j'ai pas tres envie , je psychose grave

mais bon quand faut y aller faut y aller bientot ... il a eu 15 mois donc j'ai pas trop le choix ... j'en profiterais quand dream arrivera à la maison pour ses premiers vaccins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
red



Messages : 49
Date d'inscription : 22/01/2008
Age : 47
Localisation : Vercors 38

MessageSujet: Re: Protocole du dépistage de la DCF   Sam 25 Oct - 13:21

Ne t'inquiete pas trop la dessus, Burton a du y passer plusieurs fois de meme que pyrhos il n'y a jamais eu le moindre soucis, ciara n'a eu aucun probleme non plus (si ca peut te rassurer) .... effectivement maintenant vu l'age de mon ainé j'aurai plus d'apprehension ...
Par contre c'est vraie que quand tu les recupere a moitie reveilles ils ont besoin d'aide donc de presence ... ils sont shootés Laughing
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Protocole du dépistage de la DCF   Aujourd'hui à 6:44

Revenir en haut Aller en bas
 
Protocole du dépistage de la DCF
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Protocole de reproduction et d'élevage [Arawana]
» apprentissage de pistage
» besoin d'aide pour un protocole pour la DSV
» entraînement pistage
» Pistage

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
CANE CORSO ITALIANO :: LA SANTE. :: Dysplasie coxo fémorale.-
Sauter vers: